Séjour de travail théâtral d'une comédienne française à l'université du Kordofan

Publié le par FLE Soudan

Mon Voyage au Soudan

Je suis comédienne en France. A travers mon métier et mon vécu, j’ai animé des ateliers de théâtre pour aider les étudiants à s'exprimer en français. Cette coopération a vu le jour grâce à Haidar Ali Ahmed, directeur de l'Alliance française d’El Obeid et professeur de français. Je lui en suis très reconnaissante.

Cette aventure unique m'a beaucoup apporté. Je me suis sentie tout de suite très à l’aise et j’ai été accueillie avec beaucoup de bienveillance.

A l’université, les étudiants s'impliquaient avec joie afin de parler. Que ce soit pendant les exercices et en dehors du temps de travail, le midi au moment du repas, entre deux cours ou encore les week- ends, j'étais sollicitée de toutes parts. Une curiosité et une motivation indescriptibles émanaient de la part des étudiants. J’étais très émue et ravie.

 

Improvisation théâtrale sur le mariage soudanais

Chacun et chacune à sa façon a appris des choses sur lui-même car la méthode que j'enseigne passe par le théâtre. Le théâtre ce n'est pas seulement la parole. C’est le corps tout entier qui s'exprime. C’est un travail sportif. C’est un travail d'écoute de soi et de l'autre, de respect et de coopération, mais aussi d'ouverture, de confiance en soi et en l'autre. On a besoin d'avoir confiance afin de jouer et de s'exprimer. Il me semble que tout le monde a trouvé sa place.

Avec les étudiants de troisième année à l'Université de Kordofan

Je crois que j'ai pu transmettre toutes ces valeurs aux élèves et ainsi leur donner le goût du théâtre, de ma culture et de la langue française.

Dans mon cours, il n'y avait aucun jugement, aucune note et aucune pression. Par contre, je leur demandais de parler et d'oser faire les exercices .Il me semble que tous et toutes ont respecté cette consigne.

C'est vrai, au début il a fallu un temps d'adaptation et parfois il m'a fallu, selon les exercices d'échauffements du corps ou en groupe, redonner différentes consignes afin de me faire comprendre.

J'étais impressionnée par le niveau de langue des élèves. Certains s'expriment avec facilité et d'autres avec plus de difficultés. Par exemple, il m'a fallu du temps pour rentrer en relation avec les filles qui étaient très timides. Et petit à petit elles se sont livrées lors des improvisations sur le mariage, la polygamie etc.

Cette expérience a été fortuite et riche pour chacun d’entre nous. Ce fut une découverte. Au fur et à mesure de nos partages sur nos cultures et traditions, une ambiance chaleureuse naissait. C’était un bonheur de se retrouver à chaque fois afin d'échanger. Ce sentiment de pouvoir être soi-même et de se sentir chez soi ensemble.

Ma venue a aussi bénéficié à d'autres personnes. Je pense aux professeurs, aux personnels travaillant dans l'université, d’autres étudiants de départements tels que les étudiants d'anglais désireux d'assister à mes cours ou les étudiants d’autres niveaux de français tel que les cinquièmes années. J'ai aussi participé à la vie soudanaise. Que ce soit dans la rue, dans le bus. J’ai ainsi noué des relations avec la population en apprenant et pratiquant l'arabe.

Avec les acteurs de la ville d'El Obeid.

Il y a aussi eu des échanges avec plusieurs acteurs de la ville. Ces rencontres culturelles furent très enrichissantes. J'ai pu jouer mon spectacle dans ma langue. J’ai moi-même assisté et participé à différentes soirées théâtrales, musicales afin de découvrir la culture et la région. Nous avons échangé sur notre manière de voir le monde et le théâtre. Même si nous n'avions pas la même culture, religion, langue ou couleur de peau, nous avions une passion en commun , notre amour pour le théâtre. Alors, une autre envie est née, celle de créer ensemble un ou plusieurs projets théâtraux lors de ma prochaine venue au Soudan.

J’ai autant reçu que j’ai donné. Et, j’ai trouvé bien plus qu’une coopération entre deux pays, une famille. Ma famille. J’ai envie de revenir l’année prochaine, trois mois, pour continuer à développer les projets tous ensemble.

Marion Madelénat

Publié dans Evénements

Commenter cet article